Bois d'œuvre - Le ministre Blanchette en mission à Washington - PLQ
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
13 novembre 2017

Bois d’œuvre – Le ministre Blanchette en mission à Washington


Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette, s’envole aujourd’hui pour Washington afin de sensibiliser des décideurs politiques et économiques américains aux avantages d’un libre marché dans le secteur du bois d’œuvre pour les consommateurs américains.

Le ministre Blanchette multipliera les rencontres au Congrès avec les représentants d’États recevant une grande proportion de bois d’œuvre en provenance du Québec. Il en profitera pour leur rappeler que les changements effectués au régime forestier québécois visaient en partie à répondre aux demandes de l’industrie et du gouvernement fédéral américain.

Le ministre entend aussi faire valoir que la taxe sur le bois d’œuvre (Lumber Tax) a des effets nuisibles pour les consommateurs et travailleurs américains, ainsi que pour le développement économique dans son ensemble, tout en rappelant la volonté du gouvernement québécois de soutenir son industrie du bois d’œuvre résineux. Il évoquera, entre autres :

  • que le prix du bois d’œuvre aux États-Unis a fortement augmenté depuis l’imposition des taxes sur le bois d’œuvre canadien par le Département du Commerce;
  • que cette hausse de prix pourrait avoir des effets négatifs sur l’activité économique des États-Unis en freinant les mises en chantier;
  • que les statistiques démontrent clairement que les scieries américaines ne disposent pas de la capacité de subvenir à la demande intérieure;
  • que le bois d’œuvre québécois et canadien est indispensable aux constructeurs de maisons américains, en raison de sa qualité distincte. Cela fait de lui un matériau complémentaire et non directement concurrentiel.

L’engagement du Gouvernement du Québec envers l’industrie forestière québécoise depuis le début des négociations actuelles est indéfectible. Cette mission dans la capitale américaine, qui s’étendra du 13 au 15 novembre, s’inscrit dans la foulée de celles réalisées l’été dernier dans les États de la Géorgie, de la Caroline du Nord, de l’Indiana et de l’Illinois. Ces missions avaient alors permis au ministre de discuter avec des dirigeants de grandes chaînes de quincaillerie et d’entreprises forestières, des constructeurs, ainsi que des représentants de diverses organisations du secteur du bois.

Citation :

La mise en œuvre du régime forestier québécois en 2013 ainsi que son système de libre marché des bois constituent des avancées importantes. C’est surtout sur ces changements, demandés par la partie américaine, et sur les effets des taxes imposées par le Département du Commerce américain que je compte miser lors de mes rencontres des prochains jours. Pour nous, il est clair que la conclusion d’un accord sur le bois d’œuvre est dans l’intérêt économique à la fois du Québec et des États-Unis. Il est à souhaiter que nos discussions mènent à des pistes de collaboration qui pourront éventuellement influencer le cours des négociations.

Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Faits saillants :

  • Le secteur forestier offre de l’emploi à plus de 60 000 travailleurs forestiers en plus de constituer le moteur économique principal de plus de 140 de nos municipalités.
  • L’industrie forestière a généré 6,6 milliards de dollars en retombées économiques en 2016.
  • Quatre-vingt-deux pour cent des exportations liées à l’industrie forestière sont destinées aux États-Unis, pourcentage qui grimpe à 98 % en ce qui concerne les exportations liées spécifiquement au bois d’œuvre.
  • Le Québec dispose d’un des régimes forestiers les plus rigoureux au monde, basé sur l’aménagement durable des forêts et des principes de marché conformes aux règles du commerce international.

Vous aimerez lire aussi